Nos actualités

CHEMDOC Water Coup de Cœur EDF Pulse Africa

Publié le 19/06/2019

L’édition 2019 des prix « EDF Pulse Occitanie » qui s’est déroulée le Jeudi 13 juin 2019 à Toulouse, a récompensé 9 start-up et PME locales dont un prix « Coup de Cœur EDF Pulse Africa » attribué à la PME héraultaise « CHEMDOC Water ».
Avec leur solution « PUROSUN » 1ere unité de production autonome d’eau potable par ultrafiltration 100 % solaire, CHEMDOC Water bénéficiera d’un séjour d’une semaine en Côte d’ivoire afin de découvrir l’écosystème du pays et y développer son activité.

Les prix « EDF Pulse Occitanie » ont pour objectif de soutenir les projets innovants en région Occitanie, valoriser l’innovation et d’accompagner le développement d’entreprises innovantes du territoire. Après le « Coup de Cœur Occitanie attribué à SAVE OUR AGRICULTURE (Catégorie accès à l'eau - Cameroun) » de l’édition 2018 c’était au tour des équipes d’EDF Pulse Africa d’adressée leur Coup de Cœur. La PME CHEMDOC Water a fait l’unanimité auprès du jury avec une solution pour l’Afrique.

UN PRODUIT CONCU POUR L’EXPORT ET LES SITES TOURISTIQUES NATURELS AVEC PUROSUN

CHEMDOC Water nous présente PUROSUN qui se veut d’être le meilleur procédé de purification d’eau potable autonome et hors réseau.
Cette technologie membranaire basse pression qu’est l’ultra filtration permet d’apporter une qualité de l’eau irréprochable, indépendante des variations de l’eau brut.
Salvador PEREZ, Dirigeant de CHEMDOC, entend développer ses ventes à l’export dans plusieurs pays d’Afrique et d’Asie du Sud Est, le produit ayant été conçu à la suite de l’étude des besoins émis par plusieurs organisations œuvrant en Afrique.
Cet équipement ne répond pas seulement aux besoins des organisations non gouvernementales du secteur humanitaire, il répond aussi aux besoins des entreprises du secteur du tourisme, des sites touristiques naturels éloignés et de toute activité souhaitant disposer d’eau potable de manière autonome et avec une grande simplicité de mise en œuvre, aussi bien dans les pays n’ayant pas un réseau d’eau potable développé.

 

UNE LEARNING EXPEDITION EN CÔTE D’IVOIRE.

Après une « petite » expérience au Burkina Faso, le choix des entrepreneurs héraultais s’est porté directement sur la Côte d’Ivoire pour bénéficier de l’aide d’EDF afin d’y développer un réseau de professionnel qualifié et de portefeuille client.

CHEMDOC Water pourra en effet rencontrer des potentiels partenaires sur place et s’appuyer sur les équipes d’EDF Côte d’Ivoire pour présenter ses solutions aux différentes structures ivoiriennes.

EDF Pulse Africa 2018: Et les gagnants sont...

Publié le 26/11/2018

Le 23 novembre, Marianne Laigneau, Directrice Exécutive Groupe en charge de la Direction Internationale a récompensé les trois lauréats de la deuxième édition des Prix EDF Pulse Africa. Ces trois start-up, porteuses de projets d’avenir, vont participer activement au développent énergétique du continent.

Le groupe EDF a récompensé trois start-up parmi les 436 entreprises candidates à la deuxième édition des Prix EDF Pulse Africa. Les Prix ont été remis par Marianne Laigneau, Directrice Exécutive Groupe en charge de la Direction Internationale, en présence des membres du Grand Jury. Les trois lauréats sélectionnés par le Grand Jury ont remporté les dotations allant de 5 000 euros à 15 000 euros, ainsi qu’un accompagnement facilitant un accès à l’écosystème innovation d’EDF et aux institutions financières françaises ou internationales.

  • 1er prix : Savanna Circuit Tech Ltd., projet porté par l’entrepreneuse kényane Emmastella Wangui.
  •  
  • 2ème prix : Black Star Energy Ltd., projet porté par l'entrepreneuse Nicole Pointdexter
  •  
  • 3ème prix : Deux Exaequo, Water Access Rwanda et Solarcreed Nigeria, projets portés par les entrepreneurs Christelle Kwizera et Saheed
  •  

Le jury a décidé d’accorder un prix spécial « coup de coeur Occitanie » à Flavien Kouatcha pour son projet Save Our Agriculture

Marianne Laigneau, Directrice Exécutive Groupe en charge de la Direction Internationale et présidente du jury EDF Pulse Africa, a déclaré : « Les Prix EDF Pulse Africa marquent un engagement fort de la part d’EDF pour accompagner ces initiatives particulièrement inspirantes, qui contribuent aux solutions énergétiques de demain et qui s’inscrivent dans la dynamique de notre portefeuille de projets hydraulique, biomasse et off-grid en cours de développement en Afrique. Pour le groupe EDF, il s’agit également d’une opportunité pour identifier celles et ceux qui travaillent aujourd’hui aux solutions énergétiques de demain ».

5 projets d'avenir primés

Publié le 25/11/2018

A travers les Prix EDF Pulse Africa, le Groupe EDF accompagne la dynamique entrepreneuriale sur le coninent africain, en détectant les pépites technologiques du continent, mais aussi en associant les entrepreneurs locaux au développement d’offres innovantes.
La cuvée 2018 de ce concours est en majorité constituée de start-ups issues de pays anglophones (Kenya, Ghana, Rwanda et Nigeria). Il s’agit notamment de :


1er prix : SAVANNA CIRCUIT TECH LTD. (Catégorie production d'usages et de services électriques - Kenya)

Une fois de plus, c'est une start-up kényane qui remporte le premier prix de ce concours destiné à dénicher les meilleurs projets liés à l'accès à l'énergie en Afrique.
Savanna Circuit Tech Ltd.a reçu le premier prix, grâce à son système de refroidissement mobile de lait fonctionnant à l’énergie solaire. L'innovation est supportée par une plateforme accessible via smartphone, permettant aux producteurs et sociétés laitières de maximiser leurs profits. La jeune pousse se fixe comme principal défi, la réduction des pertes de lait dans les zones rurales. Ces pertes dûes aux longues distances de transport et à l'absence d'infrastructures pour la conservation pénalisent énormément les petits producteurs.
La commercialisation de cette solution qui est déjà effective, répond à des besoins locaux et permet ainsi de lutter efficacement contre l'insécurité alimentaire.
 



2nd prix : BLACK STAR ENERGY LTD. (Catégorie production électrique hors réseau - Ghana)
 
Cette start-up se spécialise dans le développement de mini-grids ; elle en exploite déjà 15 et ambitionne de connecter à l’électricité plus de 12 000 Ghanéens avant la fin de l’année. Les mini-grids de Black Star Energy affichent une disponibilité très élevée (plus de 98%) ; ils permettent aux clients de connaître leur consommation d’énergie et de régler leurs factures via le téléphone portable. La plate-forme de gestion de la relation client de Black Stat Energy a la flexibilité nécessaire pour répondre aux besoins variés des clients avec des tarifications différentes selon les horaires.







3ème prix : Deux exaequo, Water Access Rwanda et Solarcreed Nigeria 


WATER ACCESS RWANDA (Catégorie accès à l'eau - Rwanda)


Water Access Rwanda a développé un kiosque de distribution d’eau potable, fonctionnant à l'aide de l'énergie solaire. La solution repose principalement sur une installation de traitement et de distribution d’eau dénommée « INUMA », équipée d’un système de filtrage performant. Ainsi, un kiosque INUMA peut desservir 2 500 personnes en eau potable. En outre, ces kiosques constituent tout aussi un point de vente de produits et de services adaptés aux besoins locaux (produits sanitaires, filtres et de tablettes de chlore, services de télécommunication, systèmes d’épargne et de microfinance).







SOLARCREED NIGERIA (Catégorie production électrique off-grid - Nigeria)

La jeune pousse nigeriane SolarCreed fournit aux éleveurs de volaille des solutions d’éclairage fonctionnant à l’énergie solaire en remplacement de l’éclairage alimenté par des combustibles fossiles (qui représentent près de 30% du coût d’exploitation d’une ferme au Nigeria). Les kits composés de panneaux solaires, de batteries lithium-ion longue durée et de lampes LED permettent de fournir jusqu’à 10 heures d’éclairage. Cette solution remplace efficacement le diesel et l'essence utilisés par les éleveurs nigérians et fait usage de la technologie Pay-As-You-Go pour ses paiements.







LE COUP DE COEUR OCCITANIE: SAVE OUR AGRICULTURE (Catégorie accès à l'eau - Cameroun)

La jeune entreprise camerounaise Save Our Agriculture  (Catégorie accès à l'eau) a retenu toute l'attentiton du Grand Jury du concours cette année.
Cette start-up conçoit des kits aquaponiques qui utilisent des excréments de poissons comme engrais, pour cultiver des aliments biologiques et réduire les déchets d'eau de 90%. Il s'agit d'un système agricole fermé alimenté par des panneaux solaires et qui comprend une ferme piscicole et des cultures. Les excréments de poissons sont recueillis par un tuyau et retournés aux plantes où ils servent d'engrais naturel.

Le procédé est 100% sans produits chimiques et utilise seulement 10% d'eau en comparaison à l'agriculture traditionnelle. L’entreprise tire ses sources de revenus de la commercialisation des légumes frais cultivés dans des serres (87%) et de la vente de kits aquaponiques aux clients particuliers et hôteliers (13%).



Les quatre lauréats ont remporté les dotations allant de 5 000 euros à 15 000 euros, ainsi qu’un accompagnement complet, comprenant :
• conseil opérationnel et financier
• partenariats de développement de projets avec des acteurs locaux tel que « Energy Generation », (incubateur et centre de formation dédiés aux start-up du secteur de l’énergie basé au Togo) et avec les experts d’EDF, notamment via sa filiale EDF Pulse Croissance
• accès à l’écosystème d’innovation d’EDF : la R&D et les labos de créativité internes d’EDF.

Quand au Coup de Coeur Occitanie, il sera incubé en janvier 2019 au sein du prestigieux BIC (Business Innovation Center) de Montpellier, classé 2e meilleur incubateur au monde en 2018.

« L’extraordinaire richesse des projets candidats révèle le potentiel entrepreneurial de la jeunesse africaine, à la fois audacieuse, innovante et parfaitement en phase avec les enjeux de son continent », a déclaré Marianne Laigneau, Directeur Exécutif Groupe en charge de la Direction Internationale et présidente du jury EDF Pulse Africa.

Trois projets de production d'usages et de services électriques devant le grand jury

Publié le 31/10/2018

La catégorie « production d'usages et de services électriques » met en avant tout service permettant d’étendre l’électrification et tout produit innovant à faible consommation électrique, réutilisable par les usagers des services d’électricité. Aujourd'hui, nous braquons les projecteurs sur trois projets aussi innovants les uns que les autres et ayant un impact significatif dans la vie des communautés dans lesquelles ils se trouvent. Ces start-up seront invitées à pitcher devant un grand jury constitué d'experts le 22 novembre prochain.
Ci-dessous, une brève présentation de chacune de ces innovations.
 
 
BURKINA ÉNERGIE ET TECHNOLOGIES APPROPRIÉES, Burkina Faso

La start-up burkinabé conçoit et commercialise des incubateurs fonctionnant à l'aide de l'énergie solaire. Peu coûteuse, cette solution est développée en partenariat avec des ingénieurs de l’Université Stanford et du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

L'incubateur a une capacité de 240 œufs et dispose d'un système d'inclinaison automatique des œufs, capable de prédire l'humidité relative et la température pour des conditions constantes. La société assemble les panneaux solaires localement pour répondre directement aux besoins des communautés et assurer la pérennité de l'usage.

L'entreprise a une équipe compétente et pluridisciplinaire et son approche pour le design des solutions est résolument inclusive. L'équipe travaille avec les ressources locales pour concevoir des produits réellement adaptés aux besoins de leurs cibles. L'impact social est au cœur de leur démarche (création d'emplois notamment et également formation technique).
Les solutions produites localement sont moins coûteuses tant dans le prix initial que dans leur maintenance (contrairement aux produits importés).
 
 


SAVANNA CIRCUIT TECH Ltd, Kenya

Installée au Kenya, Savanna Circuit Tech Ltd. propose un système de refroidissement mobile alimenté à l'aide de l'énergie solaire, ainsi q'une plateforme accessible via smartphone, permettant aux producteurs / sociétés laitières de maximiser leurs profits. La start-up répond aux défis liés à la perte de lait en zone rurale, qui peut atteindre 2 milliards de litres par an. Ces pertes dûes aux longues distances de transport et à l'absence d'infrastructures pour la conservation pénalisent énormément les petits agriculteurs.

Le système alimenté par l'énergie solaire avec 1000 watts, utilise un compresseur de 1hp pour refroidir 100 litres de lait en 27 minutes à 4 degrés Celsius. Ce qui permet de supprimer la prolifération rapide des bactéries qui entraînent la détérioration du lait.
La commercialisation de cette solution est déjà effective, répond à des besoins locaux et permet de lutter efficacement contre l'insécurité alimentaire. L'entreprise possède des locaux au sein de la fameuse business school Strathmore University, dans la capitale kenyane.

L'équipe fondatrice de Savanna Circuit Tech Ltd. est composée d'un ingénieur logiciel et d'un responsable des innovations. Leurs compétences complémentaires leur permettent de diriger une équipe de neuf personnes, qui assurent aux producteurs laitiers une conservation correcte de leurs produits.





SOLAR FREEZE, Kenya

Les unités solaires Solar Freeze remplacent efficacement les chambres froides fonctionnant au charbon au Kenya. Par le passé pour stocker des produits périssables, les agriculteurs avaient recours à des chambres froides tirant leur énergie du charbon de bois, obtenu à partir d'arbres incinérés. La conséquence directe était une déforestation croissante. Pour palier à ce problème, les initiateurs de Solar Freeze ont développé des chambres froides moins polluantes et fonctionnant à énergie solaire.

3 000 petits exploitants agricoles représentent les bénéficiaires directs de cette solution, dont 80% de femmes. Cette innovation a eu pour effet majeur une réduction des pertes en nourriture de l'ordre de 95% et une augmentation considérable (10 fois) des revenus des petits producteurs. Les chambres froides de Solar Freeze sont accessibles sur une plateforme on demand via USSD, SMS.

L’équipe est constituée comme suit:
- Fadekunayo Jolomi Adeniyi, doctorant en énergie renouvelable (Université de Durham au Royaume Uni) et titulaire d'une maîtrise en sciences en énergie renouvelable Université de Plymouth.
- Dysmus Kisilu, diplômé de l'université de Californie à Davis - Énergies renouvelables.

Trois start-up spécialisées dans l'accès à l'eau en finale!

Publié le 29/10/2018

La catégorie « Accès à l’eau » met en avant toute solution innovante permettant l’amélioration de l’accès à l’eau grâce à l’électricité. Aujourd'hui, nous orientons les projecteurs sur trois projets qualifiés pour la finale du 22 novembre prochain, tous issus de la catégorie sus-mentionnée.
Ces start-up présenteront leurs projets devant le grand jury dans le cadre de la finale. Ci-dessous, une présentation synthétique de chacun de ces projets.

 
WATER ACCESS RWANDA, Accès à l’eau, Rwanda

Cette jeune pousse propose des kiosques solaires d’eaux purifiées. Il s'agit précisément d'installations de traitement et de distribution d'eau dénomés "INUMA". L'eau est récoltée à travers une puissante pompe solaire et un processus de filtration en 3 étapes.

Grâce à ces kiosques, il est possible de recharger son téléphone, vendre des produits sanitaires, vente des filtres et de tablettes de chlore, des services de télécommunication, avoir recours à des systèmes d’épargne et de microfinances, faire de la Publicité etc. Un kiosque INUMA peut desservir 2 500 personnes avec une eau potable, le tout alimenté par les énergies renouvelables. Le système crée des emplois et évite le risque d'être empoisonné.

L'équipe est formée par Water4 et Living Water International (une organisation confessionnelle à but non lucratif qui aide les communautés des pays en développement à créer des programmes durables d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène en réponse à la crise mondiale de l’eau.) et s'est engagé à éliminer la pénurie d'eau au Rwanda. Ces jeunes professionnels sont le principal atout du succès des kiosques INUMA Kiosks de Water Access Rwanda en tant que source d’eau sûre et fiable. Principalement des milieux techniques expérimentés en hydrogéologie, ils forment une équipe talentueuse qui mettra fin à la crise de l'eau.

 

SAVE OUR AGRICULTURE, Accès à l’eau, Cameroun

La jeune entreprise camerounaise conçoit des kits aquaponiques qui utilisent des excréments de poissons comme engrais pour cultiver des aliments biologiques et réduire les déchets d'eau de 90%. Ils installent un système agricole fermé, alimenté par des panneaux solaires, qui comprend une ferme piscicole et des cultures. Les excréments de poisson sont recueillis par un tuyau et retournés aux plantes où ils servent d'engrais naturel.

Le procédé est 100% sans produits chimiques et utilise seulement 10% d'eau par rapport à l'agriculture traditionnelle.
L’entreprise tire ses sources de revenus de la commercialisation des légumes frais cultivés dans des serres (87%) et de la vente de kits aquaponiques aux clients particuliers et hôteliers (13%).

L'équipe est complète et étoffée: 03 ingénieurs en agronomie et en pisciculture, un personnel administratif qui s’occupe de la communication, des services juridiques, des achats et des relations publiques. Ces jeunes sont tous passionnés par l'agriculture et la luttent contre le changement climatique qui cause une rareté extrême de l'eau dans certaines régions. Ce sont pionniers en Afrique Francophone (uniquement des concurrents en Afrique anglophone).



SOLAR-URION, Accès à l’eau, Maroc

L'entreprise marocaine a mis sur pied une machine de dessalement de l’eau de mer, par compression de vapeur mécanique alimentée par des panneaux photovoltaïques thermiques dans la région de Dhakla au Sud du royaume shérifien. C’est un système qui permet de fournir de l'eau potable froide sans besoin de réseaux électriques.

Solar-Ution est constituée de jeunes entrepreneurs, chercheurs et ingénieurs, visant à proposer des alternatives innovantes permettant d’alléger la consommation énergétique par l’amélioration des performances paramétriques, actifs et passifs, en respectant le même service délivré.

Quatre startups spécialisées dans la production électrique Off-grid en finale!

Publié le 23/10/2018

Pour la grande finale de cette deuxième édition des Prix EDF Pulse Africa, dix projets ont retenu l'attention du jury interne qui s'est réuni le 04 octobre dernier, à Paris. Ces projets sont issus des 03 catégories du concours : production électrique off-grid, Production d'usages et de services électriques et Accès à l'eau.

Aujourd'hui, nous vous présentons quatre projets de la catégorie "production électrique off-grid", qui font partir des finalistes retenus pour pitcher le 22 novembre prochain, dans le cadre de la grande finale. Ci-dessous, une présentation de ces startups toutes issues de pays anglophones.


BLACK STAR ENERGY LTD, Production électrique off-grid, Ghana

Cette start-up développe et opère de l’off-grid solaire au Ghana. Black Star Energy Ltd. possède déjà 15 minigrids et souhaiterait passer à 30 cette année, dans le but de servir plus de 12 000 personnes dans le pays. Elle avance le chiffre de +98% de disponibilité 24/7 et a su développer un modèle rentable (85% de marge opérationnelle).
La solution consiste principalement en:
- Un mini-réseau "AC" à énergie solaire monophasé ou triphasé avec stockage
- Des compteurs intelligents propriétaires
- Une plateforme cloud de gestion de relation client.

Le système proposé permet de connaitre la consommation d’énergie et d’effectuer des paiements de factures en utilisant n’importe quel appareil mobile. La plate-forme a la flexibilité nécessaire pour répondre aux besoins variés des clients avec des tarifications différentes selon les horaires. La collecte de données permet à l'entreprise de s'adapter aux besoins de ses clients et à leur mode de paiement.

L'équipe est constituée d'ingénieurs solaires primés et de cadres expérimentés dans les opérations des services publics, les logiciels et le comportement des consommateurs d'énergie. La démonstration la plus importante de la force de cette équipe repose sur le fait qu'elle ait réussi à construire et à exploiter 15 mini-réseaux avec une fiabilité et des niveaux de service élevés.


ECOGEN ENTERPRISES, Production électrique off-grid, Malawi

Fondée en 2017, EcoGen Enterprises travaille à innover pour éradiquer la pauvreté dans son pays d'origine, le Malawi. Pour cela elle se donne comme mission d'améliorer la sécurité alimentaire des populations. La start-up propose un biodigesteur domestique peu coûteux, facile à installer et facile à transporter dans toutes les zones, tout en fournissant suffisamment de gaz pour la cuisson et l'éclairage. Il s'agit également d'un moyen efficace de gestion des déchets organiques.

La distribution du produit s'effectue par des agents locaux effectuant du porte à porte pour vanter les mérites du biogaz à différentes cibles: maisons individuelles, hôtels, restaurants, cantines, fermes agricoles, élevages etc. La jeune pousse estime son besoin de financement actuel à 300K pour mieux se structurer administrativement et commercialement.

EcoGen compte trois membres fondateurs expérimentés et passionnés par le changement social. ces derniers possèdent une grande expérience professionnelle dans les domaines de l'entrepreneuriat social, de l'ingénierie des énergies renouvelables et du développement des communautés rurales.


SOLARCREED, Production électrique off-grid, Nigeria

SolarCreed fournit aux agriculteurs africains des solutions d'énergie solaire de nouvelle génération basées sur un abonnement, pour une production optimisée. Leur méthode consiste en l'utilisation de l'éclairage solaire en remplacement de l'éclairage alimenté par des combustibles fossiles pour les agriculteurs nigérians.

Il s'agit d'un modèle d'abonnement (bail de 36 mois), appliqué aux batteries lithium-ion longue durée à énergie solaire (35Wp) et à 400 Lumen LED pour fournir jusqu'à 10 heures d'éclairage. Cette solution remplace efficacement le diesel et l'essence utilisés par les éleveurs nigérians.
Des ingénieurs, des concepteurs et des développeurs mobiles font partie de cette aventure entrepreneuriale, qui intègre aussi la technologie Pay-As-You-Go.


L'équipe est constituée comme suit:
- Saheed Okuboyejo (International Business Development, Renewables Energy)
- Damola Alayande (National Operations, Technology)
- Moowa Masani (International Market Intelligence Experience)
- Olusoji Aboderin (Regional Sales Management)
- Chetachukwu Afuba (Lead, Customer Support).


STANDARD MICROGRID, Production électrique off-grid, Zambie

Cette start-up fournit un accès à des services énergétiques modernes à un prix abordable pour les communautés à faibles revenus, les hôpitaux et les écoles.
Standard Microgrid a su développer la capacité de surveiller et de contrôler les systèmes à distance, de gérer la demande et surveiller l'utilisation et la collecte des paiements.
Leur système de facturation sur mobile permet aux entreprises locales, aux personnes non qualifiées d'acheter de l'énergie ou d'en revendre à profit à d'autres membres de la communauté.

Avec le temps, l'entreprise a su mettre sur pied un système d'énergie renouvelable standardisé et entièrement automatisé pour un accès à des services énergétiques modernes à un prix abordable.
Entièrement contenu dans un conteneur de 20 pieds, le micro-réseau électrique de 10 kW peut être déployé en trois jours et a la capacité de fournir de l'électricité à plus de 150 foyers. Il faut noter que la start-up sud-africaine avance des prix beaucoup plus compétitifs que leur concurrence dans tout le pays.

L'équipe possède une grande expertise en développement technique dans les systèmes de production, de distribution et de gestion de réseau, de développement de projets hors réseau, de développement commercial et une solide expérience opérationnelle en milieu rural en Afrique.

Le top 10 des startups finalistes est connu !

Publié le 13/10/2018

Le 04 octobre dernier, le jury interne du concours s’est réuni pour sélectionner les 10 startups finalistes de cette année.
Plusieurs projets aussi intéressants les uns que les autres ont retenu l’attention du jury, dans les trois catégories suivantes :
- La production électrique off-grid,
- La production d'usages et de services électriques et enfin,
- L'accès à l'eau.


Retrouvez ci-dessous, la liste des 10 projets sélectionnés et qui devront pitcher lors de la grande finale du 22 novembre prochain, à Paris.
             
BLACK STAR ENERGY LTD,
Production électrique off-grid, Ghana

BURKINA ENERGIE ET TECHNOLOGIES APPROPRIEES,
Production d'usages et de services électriques, Burkina Faso

ECOGEN ENTERPRISES,
Production électrique off-grid, Malawi

SAVANNA CIRCUIT TECH LTD,
Production d'usages et de services électriques, Kenya

SAVE OUR AGRICULTURE,
Accès à l'eau, Cameroun

STANDARD MICROGRID,
Production électrique off-grid, Zambie

SOLARCREED,
Production électrique off-grid, Nigeria

SOLAR FREEZE,
Production d'usages et de services électriques, Kenya

SOLAR-UTION,
Accès à l'eau, Maroc

WATER ACCESS,
Accès à l'eau, Rwanda

Rendez-vous le 22 novembre prochain à Paris, pour la grande finale du concours !

PAROLE D'EXPERT 2

Publié le 06/08/2018

« L’énergie et le numérique sont les deux piliers du développement de l’Afrique »

Expert en stratégie digitale, communication et nouvelles technologies, Thierry Barbaut, membre du comité des experts nous éclaire sur l’innovation et la Tech africaine.












 

Aujourd’hui, l’Afrique représente la première région au monde, où l’on observe un grand dynamisme dans les domaines de l’innovation. A quoi est-ce dû, selon vous ?
L’innovation est poussée par deux principaux facteurs: le développement de la communication qui est exacerbé par le fait que l’Afrique est le “mobile first continent” avec plus d’un milliard de cartes SIM actives. Les communautés, les entreprises, les états sont désormais connectés entre eux et au reste du monde. Ensuite, la capacité que peuvent avoir les entrepreneurs à trouver des solutions adaptés culturellement et localement à leurs besoins. La réponse à ces besoins c’est logiquement l’innovation en trouvant ou en détournant des solutions existantes qui ne sont d’ailleurs pas systématiquement technologiques. Une innovation par définition doit être un nouveau processus simple, pratique et démultipliable.
Quand les entrepreneurs se connectent, innovent et partagent cela provoque cette révolution qui finalement touche les besoins essentiels: la santé, l’éducation, l’agriculture, le social et bien sur l’énergie.
 
On assiste depuis quelques temps au foisonnement de plusieurs concours et prix organisés à l’endroit des startups africaines, pour « favoriser l’innovation » ; quel est votre regard sur cette tendance ?
Je suis mitigé car il est finalement difficile pour un entrepreneur de déchiffrer cet écosystème tant il est tentaculaire. Il faut faire la distinction entre une “opération de communication” avec un concours qui va recevoir 1 000 projets et en faire un lauréat et un concours comme les prix EDF Pulse Africa, où les candidats retenus vont être suivis, coachés, financés et accompagnés. La formation, l’accompagnement et le suivi sont des fondamentaux pour la réussite d’un projet quel que soit la thématique. Avec l’Agence des Microprojets dont je suis responsable numérique nous soutenons une centaine de projets par an, et tous sont accompagnés, même les non lauréats. Nous allons évaluer les projets sur place afin de recueillir et capitaliser sur les bonnes pratiques pour ensuite aider et conseiller les nouveaux porteurs de projets. L’accompagnement en France et localement est une des clefs de la réussite du programme qui fait que nous n’avons pas plus de 4% d’échec sur les projets depuis 35 ans !
Il faut donc des appels à projets, des concours et surtout des financements. Mais avec des instructeurs, des bailleurs, des accompagnateurs passionnés par les thématiques, les régions et les cultures des projets soutenus. Un concours doit savoir aussi, comme le fait le prix EDF Pulse Africa, évoquer les éditions précédentes et mettre en avant les acteurs et leurs projets. Il faut que l’esprit “concours” permette aux acteurs de se challenger mais sans devenir trop exclusif.
 
Vous avez accepté de faire partie de l’équipe des experts réunis pour cette deuxième édition des Prix EDF Pulse Africa ; Qu’est-ce qui vous a motivé ?
Je suis passionné depuis 20 ans par l’Afrique et le numérique et je vois enfin ces passions en synergie. L’Afrique est connectée mais elle est aussi numérique et innovante et avec le prix EDF Pulse Africa qui ajoute la thématique de l’énergie à cet essor c’est une voie ouverte vers le développement des communautés par le biais des projets soutenus. Quoi de plus motivant pour un passionné comme moi !
Pensons aux bénéficiaires qui vont se compter par milliers sur ces projets soutenus. Sans énergie, pas de numérique, pas d’eau, pas d’agriculture pas de santé pas d’éducation. Le numérique et l’énergie sont pour moi les deux piliers du développement de l’Afrique et y participer avec le prix EDF Pulse Africa est un honneur.
Les grandes entreprises françaises et internationales devraient prendre modèle sur le concours EDF Pulse Africa en y développant des appels similaires.
Personnellement c’est aussi passionnant d’instruire et de découvrir les ambitions des projets et les profils de ceux qui les déposent. Des parcours de jeunes africains qui font indubitablement la puissance du continent pour les années à venir. Le prochain Bil Gates, Larry Page ou Elon Musk est parmi eux et c’est aussi à nous de leur donner une chance.

PAROLE D'EXPERT

Publié le 13/07/2018

« Les entrepreneurs ont besoin de visibilité et de financement »

 
Spécialisée en communication des organisations et institutions internationales, Johanna Niedzialkowski a démarré son parcours au sein du réseau diplomatique français (Dakar, Paris). Aujourd'hui consultante, elle accompagne les entreprises et les institutions dans l'élaboration de leur stratégie et leurs outils de communication. Membre du comité des experts de l’édition 2018, elle porte un regard sur les Prix EDF Pulse Africa et l’écosystème Tech sur le continent.





 
Vous faites partie des experts retenus pour apporter leur regard sur les différents projets de l’édition 2018, comment percevez-vous votre mission ?
C’est une formidable opportunité qu’EDF m’offre, parce que les entrepreneurs ont besoin à la fois de visibilité et de financement ; ce type de prix leur permet justement de mieux travailler leurs projets et de les rendre « bancable » et surtout d’être mis en lumière. Ce qui est appréciable avec les Prix EDF Pulse Africa c’est que d’une part, ils sont focalisés sur le secteur de l’énergie, ce qui permet d’aller plus loin que des prix génériques ; et d’autre part, le « prize money » est associé à une réelle expertise terrain à travers l’accompagnement des lauréats.

Quel sera votre rôle en tant qu’experte de cette deuxième édition des Prix EDF Pulse Africa ?
Je pense pouvoir contribuer à repérer celles et ceux qui réalisent des choses intéressantes à travers toute mon expérience acquise à la fois auprès des différents milieux institutionnels et des porteurs de projets. Cette expertise me permettra ainsi de repérer aisément les bons projets et de les conduire vers une amélioration pour qu’ils soient plus lisibles et plus compréhensibles pour les membres du jury.

Quel regard portez-vous sur Afrobytes, la nouvelle agence qui accompagne cette deuxième édition ?
Afrobytes est une agence qui a la particularité de réunir des gens qui ont en commun une formidable énergie et la volonté de faire bouger les lignes sur le continent africain. Que ce soit  dans les domaines du numérique, de l’innovation ou les nouvelles technologies ; ce sont surtout des gens qui sont déjà très engagés de par les actions qu’ils posent à leurs échelles et qui ont besoin d’aller plus loin. Ils se retrouvent ici pour rencontrer d’autres expertises et se connecter à d’autres écosystèmes et voir comment travailler ensemble et être plus efficaces ; je crois que ça fonctionne assez bien, sur Afrobytes !

Le développement des énergies renouvelables à travers l’innovation. Qu’est-ce que cela vous inspire?
Il faut déjà saluer le fait qu’il y’ait une véritable mise en lumière des projets actifs sur le terrain, avec un réel partage d’expériences des porteurs de projets ; avec une analyse concrète et pragmatique des problématiques rencontrées sur le terrain et qui demeurent aujourd’hui des éléments bloquants sur lesquels on doit agir tous ensemble. On voit clairement que les villages sont reculés, il n’y a pas d’infrastructures, les ménages n’ont pas de ressources et tous ces problèmes ne peuvent pas être adressés de façon isolée. Il faut qu’il y’ait davantage des gens qui réfléchissent ensemble et qui mutualisent des ressources pour travailler conjointement et les Prix EDF Pulse Africa représentent une solution.

3 lauréats, 3 projets d’avenir!

Publié le 20/12/2017

Bravo aux 3 lauréats! Majik Water, Lono et Eduair.
 
Le mardi 19 décembre à Paris, 3 start-up ont été récompensées parmi les 97 entreprises candidates à la première édition des Prix EDF Pulse Africa. Les Prix ont été remis par Jean-Bernard Lévy, Président Directeur Général d’EDF, en présence des membres du jury. Les trois lauréats sélectionnés par le Grand Jury ont remporté les dotations allant de 5 000 euros à 15 000 euros, ainsi qu’un accompagnement facilitant un accès à l’écosystème innovation d’EDF et aux institutions financières françaises ou internationales.

Majik Water, projet porté par l’entrepreneuse kényane Beth Koigi a remporté le premier prix, Lono, la start-up ivoirienne tient la deuxième place et Eduair, porté par le camerounais Yannick Kegne occupe la dernière marche du podium. Le projet Nanoé de Madagascar a été désigné comme coup de coeur du jury.
 
Haut de page